16 octobre - Le fond, la forme et… le bon sens

Éditos de l'année 2012 de Daniel Boeri

Modérateur: Daniel

16 octobre - Le fond, la forme et… le bon sens

Messagepar Daniel » 16 Octobre 2012, 00:28

Le fond, la forme et … le bon sens


Nous connaissons tous le principe intangible du droit : « la forme prime le fond » ! De fait, quand bien même vous auriez raison sur le fond d’une affaire, vous auriez tort si la forme n’a pas été respectée.

Ce principe est en vigueur dans toutes les administrations ; version « jugulaire, jugulaire » ou version « le règlement, c’est le règlement ».

Sauf que, si en droit, des spécialistes peuvent vous aider à respecter la forme, dans la vie de tous les jours, c’est tout autre chose.

Ce principe alors débouche sur des décisions farfelues, arrogantes, invraisemblables, ou encore stupides. Je manque d’adjectifs pour qualifier ces situations trop nombreuses.

À Monaco Il en est de même, sauf que les situations sont plus criantes car elles sont plus visibles ; nous les côtoyons tous les jours. Le bon sens y perd souvent son latin. Les exemples ne manquent pas ; giratoires non seulement faits et défaits, mais où les bus n’arrivent pas à tourner, en dépit des normes certainement respectées ; mur végétal qui coupe la vue des résidents, mais vert comme demandé,… la pertinence n’est pas au rendez-vous mais le règlement, lui, est respecté. Il l’est en dépit du bon sens, mais il l’est. Souvent, l’absurde rejoint le père Ubu, aussi, face à cet engrenage, des dérogations, intelligentes, essayent-elles de corriger le tir. Mais ce n’est pas toujours le cas. C’est au petit bonheur la chance. L’essentiel étant que ça ne fasse pas… jurisprudence, ni crée un précèdent.

Ce ne serait pas si grave si des mécanismes auto-correcteurs permettaient, tout de même, d’avancer. Sauf qu’ils n’existent pas. Aussi ces dérogations apparaissent-elles parfois comme du favoritisme, alors qu’elles n’appliquent que le bon sens.

Pourquoi perpétue–t-on cette situation ?

Trois raisons essentielles ; d’abord, l’auto censure, c’est incroyable comment des gens intelligents, disponibles et respectueux des autres n’osent pas franchir ce qu’ils considèrent, à tort, comme une ligne jaune. Beaucoup savent l’absurde mais n’osent le dénoncer. La question n’est jamais réglée.

Ensuite, on applique le règlement pour le règlement en fonction des missions définies ; « j’ai un budget, je le dépense » ; « j’ai une responsabilité, je l’applique ». D’ailleurs, on ne mesure pas les problèmes posés par ces décisions.

Enfin, et cela explique le cas précédent, on ne travaille pas « en transverse » ; les conséquences des décisions sur les autres ne sont pas intégrées, ni anticipées. Un des exemples les plus chauds concerne le giratoire de la place d’Armes. À 17h, il est saturé, tous les jours (je sais que ce n’est pas qu’à cette heure là), la file d’attente s’accroît rue Grimaldi. Pourtant, il existe une échappatoire, rue de Millo, sauf qu’à cette heure là, une chaîne en interdit le passage. C’est comme cela tous les jours (sauf quand la chaîne est cassée, comme au mois d’août). Notez qu’il y a des exceptions, le dimanche matin, quand il n’y a personne, la chaîne est abaissée.

Réformer ces pratiques devient urgent ; simplement pour vivre mieux.

Voyez-vous, chers amis, un même et nouveau problème se pose quand ce comportement déborde sur la sphère semi privée. Là, c’est beaucoup plus grave. Reste à espérer que le bon sens prenne rapidement le dessus !

Daniel BOERI
Avatar de l’utilisateur
Daniel
Administrateur
 
Messages: 318
Inscrit le: 05 Septembre 2011, 14:13

Re: 16 octobre - Le fond, la forme et… le bon sens

Messagepar Invité » 16 Octobre 2012, 10:33

Cher Monsieur le webmaster,

Vous savez élever au rang de l'académicien et à la vision du poète ce mal qui ronge l'état monégasque.

D'une part, l'administration échappe à son prince humaniste et, pour reprendre une image qui vous est chère, le traffic a été délesté vers un giratoire qui ne donne que sur des impasses.

Certaines de ces impasses sont obscures. Des passes droits à la saveur de corruption. N'attendez pas d'un procureur en go-get qu'il s'érige en shériff pour nettoyer au karcher les Saloon de l'état cité.

D'autre part, là où la démocratie directe s'imposerait et à moindre coût, on voit des dilétants s'ériger en censeurs du peuple pour voter des lois dont certaines pourraient désormais l'être par chacun des monégasques au moyen d'un vote électronique. La vie parlementaire est devenue une comédie où il n'est plus un secret qu'il existe des négotiations avant l'entrée en séance.

Les parlementaires votent des lois qui leur sont projetées en slides par les services du conseil de gouvernement.

L'avènement du fonctionnaire-souverain se remarque même en séance au conseil national puisque désormais certains d'entre eux siègent en haut de l'estrade à côté des conseillers de gouvernement. Ils peuvent mieux répondre quelle impasse prendre au giratoire puisqu'ils sont irresponsables ...

Monaco va rater le coche de la société modèle voulue par son souverain, et à la place ce sera le retour dévastateur et final du mode tribal.
Invité
 

Re: 16 octobre - Le fond, la forme et… le bon sens

Messagepar Invité » 26 Octobre 2012, 15:53

La communauté des bloggeurs de Daniel a encore une fois été écoutée. La Commission de Venise saura quoi dire contre le coup d'état permament de l'administration contre son Prince.


Invité a écrit:Les parlementaires votent des lois qui leur sont projetées en slides par les services du conseil de gouvernement.

L'avènement du fonctionnaire-souverain se remarque même en séance au conseil national puisque désormais certains d'entre eux siègent en haut de l'estrade à côté des conseillers de gouvernement. Ils peuvent mieux répondre quelle impasse prendre au giratoire puisqu'ils sont irresponsables ...

Monaco va rater le coche de la société modèle voulue par son souverain, et à la place ce sera le retour dévastateur et final du mode tribal.
Invité
 


Retour vers Éditos 2012

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron