29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Éditos de l'année 2012 de Daniel Boeri

Modérateur: Daniel

29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar Daniel » 29 Octobre 2012, 01:38

Oui à la Monarchie Constitutionnelle
Ou « comment peut-on être monégasque ? »


Il y a des idées fixes qui ont les dents longues. Le retour soudain, sur la scène politique monégasque, de la Commission de Venise me conduit à reprendre mon édito de Juin 2007. Il suffit de remplacer Monsieur Erick Jurgens, qui s’était épanché dans Monaco Hebdo en 2007, par Madame Anne Brasseur, rapporteur de la Commission pour le respect des obligations des Etats-membres ou Commission de suivi ; rien n’a changé...

« Réponse à Monsieur Erick Jurgens paraphrasant Montesquieu, « Comment peut-on être Persan ? »
Attribuer un « brevet de démocratie » est une affaire qui s’annonce bien compliquée pour la commission de suivi. En effet, le risque pour elle, est de tomber dans le piège permanent des, organisations – publiques ou privées - qui consiste à poser des règles et ensuite s’y enfermer, sans recul et sans nuance. Cette pratique historique bien connue conduit au point paradoxal, de rendre ces règles despotiques. A l’évidence en effet, il n’y a guère que sous Staline, Mao, Hitler et plus proche de nous Castro et en Corée du Nord, qu’après avoir posé des règles on les applique à ce qui reste de « citoyens », sans nuance, ni discernement ; cela ne s’appelle pas « démocratie » que je sache, mais despotisme ! Je sais bien que la Commission de Venise sert de garde fou aux risques de dérives. Mais quand la méthode elle-même n’est pas bonne, elle discrédite les objectifs quand bien même ces derniers seraient-ils démocratiques. Or, vouloir faire enter tous les Pays dans le même moule, sans tenir compte de leur histoire, car c’est de cela dont il s’agit, risque effectivement de conduire aux mêmes excès. « Liberté, que de crime commet-on en ton nom ».
Il y a cependant au moins trois séries de « raisons » pour être attaché, clairement, à la « Monarchie constitutionnelle » telle que nous la vivons. Alors examinons notre situation.

Plus de 700 ans d’existence

Monaco existe depuis plus de 700 ans, le Christianisme existe lui, depuis plus de 2000 ans, vu d’aujourd’hui, les siècles nous rapprochent. Depuis ce temps, Monaco se caractérise par la stabilité constitutionnelle, sociale, économique et politique. Dois-je rappeler en parallèle, le nombre de têtes coupées, de républiques modifiées et de camps créés dans notre Europe démocratique ! Alors un peu de nuance et de circonspection ne ferait pas de mal au « chevalier de la démocratie ». En effet, veut-il nous inoculer le chômage européen ? Enrage t-il que nous soyons proche du plein emploi ? Veut-il nous transférer les millions de « travailleurs pauvres » européens ? Est-il jaloux que l’Europe entière cherche à copier notre modèle social qui garanti la sécurité aux monégasques du fait de leur nationalité et non de leur statut social (chômeur, retraité, …) ! Seuls les pays scandinaves y arrivent, avec un poids énormes des impôts pour les financer. Chacun sait que nous n’en sommes pas là.

La théorie des climats

Ah me dit- on ! Cela n’est possible qu’à cause de l’exigüité du territoire et du faible nombre de monégasques. Précisément, Montesquieu avec « L’esprit des lois », rappelait justement que les lois devaient tenir compte des causes matérielles et physiques car, le climat et le terrain influencent les hommes, les mœurs et les institutions. A vouloir oublier ce principe de base notre héro sénateur hollandais se demande « comment peut-on être Monégasque », comme d’autres avant lui se demandait, « comment peut-on être Persan ? ». Or, ce n’est un secret pour personne, le modèle Europe est en panne, votes aux parlements d’un côté, référendum de l’autre et maintenant, « traité aménagé », pour sortir de l’impasse. Que diantre ne sait-il pas notre sénateur suiveur qu’à force de vouloir appliquer aveuglément les mêmes recettes aux différents peuples, il finit par tout bloquer !
Pourtant l’Europe a déjà connus des exemples réels avec la « commission de la concurrence ». Cette dernière contrôlait les entreprises qui voulaient croitre avant de les autoriser à se développer. Ce brevet de « libre concurrence» n’était attribué qu’après une analyse tatillonne des risques pour les marchés, hollandais, belges, français,… au point de préférer laisser les entreprises américaines s’emparer des entreprises européennes ! Bravo l’artiste.

Micro état et risques de conflits d’intérêts

Il n’est pas très efficace de crier « Démocratie, Démocratie, Démocratie.. », comme d’autres, en leurs temps, criaient, comme des cabris, « Europe, Europe, Europe,.. ». Nous sommes un micro état, c’est comme cela. Tout le monde se connaît, dans les affaires également. L’appartenance à un club, une association ou à un groupement quelconque, fait courir à tous un réel risque naturel et quotidien de « conflits d’intérêts ». Nous avons donc une chance souveraine, d’avoir un prince au dessus des parties. Il garantit, à son niveau, l’éthique du pays et des relations. Là encore, au moment où, partout dans le monde, des commissions sont crées et des règles sont édictées pour garantir aux citoyens des comportements éthiques dans les décisions, à savoir la transparence, l’intégrité et la sécurité, nous pouvons dire «nous avons tout ça » avec notre prince. Partout on cherche des décideurs indépendants pour garantir les décisions éthiques, « oui nous avons cela ». Certes, cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas de progrès à faire, chez nous aussi, loin de moi cette pensée. Mais nous avons déjà l’ingrédient suprême.
Pour conclure je citerais Montesquieu, « je me croirais le plus heureux des hommes si je pouvais faire que les hommes puissent se guérir de leurs préjugés. J’appelle ici préjugés, non pas les fait qu’on ignore certaines choses mais ce qui fait qu’on s’ignore soi-même ». Cette vertu, dans le sens de Montesquieu, dont semble manquer notre sénateur. »

Je n’ai rien à changer cinq ans après. Je ne délivre pas un brevet de démocratie pour autant.

Daniel BOERI
Avatar de l’utilisateur
Daniel
Administrateur
 
Messages: 318
Inscrit le: 05 Septembre 2011, 14:13

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar skippy » 29 Octobre 2012, 10:23

Brillante intervention qui révèle votre talent d'orateur et le succès que vous méritez en politique dans notre pays.

Cela étant, ne croyez vous pas qu'il convient de souligner aussi que l'exercice du pouvoir est aujourd'hui gangrené par l'omniprésence de l'appareil administratif.

Les projets des Ordonnances Souveraines, mais aussi des Lois, sont préparées par le gouvernement.

Au fil du temps, le fonctionnaire-souverain s'est aussi arrogé la répartition entre Ordonnance et Loi, puis, finalement encore, l'initiative des textes.

Cela est inadmissible dans un pays où l'on devrait tout au contraire introduire la consulation électronique des monégasques préalablement au vote par le Conseil national, et/ou sur certains sujets de société.

Prenons le cas récent de l'Islande où la Constitution vient d'être réformée grâce à des échanges entre nationaux sur Facebook...
skippy
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar Georges » 30 Octobre 2012, 10:23

skippy a écrit:Cela étant, ne croyez vous pas qu'il convient de souligner aussi que l'exercice du pouvoir est aujourd'hui gangrené par l'omniprésence de l'appareil administratif.
(...)
Au fil du temps, le fonctionnaire-souverain s'est aussi arrogé la répartition entre Ordonnance et Loi, puis, finalement encore, l'initiative des textes.


En effet, c'est ce qui se produit quand le Conseil National ne fait pas correctement son travail, se contentant de tractations en coulisses pour afficher un consensus qui n'est rien de plus que compromissions.

Tant que le Conseil National était fort, mené par des personnes courageuses et intelligentes, ce glissement ne s'était pas produit : le 10 février il sera important de voter pour des personnes capables d'unir les monégasques et qui ont un vrai projet, au lieu du groupe actuel qui divise pour (essayer de) mieux régner !
Georges
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar skippy » 30 Octobre 2012, 12:53

Je rejoins votre avis sur la perte de vitesse des parlementaires actuels, et je regrette comme vous que certains aient concordé leur position avec le gouvernement.

Voyez comment certains qui n'avaient pas voté le budget l'an passé ont finalement retourné leur veste lors des derniers débats, peut être contre un emploi ou une promotion consentie aus sein de l'administration, en leur faveur ou en faveur de l'un de leurs proches.

Mais il y a autre chose.

Tant le Conseil national que le Cabinet du Souverain manquent de techniciens. Leur seule science provient du fonctionnaire-souverain, et cela est peut être à l'origine de cette forme d'absenteisme des parlementaires, sûrement conscients de leur inefficacité.

D'ou l'idée de séparer le Gouvernement de son administration et de replacer celui-ci sous la coupe du Souverain, peut être même en les murs du Palais.

N'oublions pas que la situation politique actuelle est celle d'un temps où le Ministre d'état était Gouverneur de Monaco, pour le respect des intérêts de la France. Le temps de cette souveraineté limitée est révolu.

L'Administration liberée du Politique pourrait ainsi répondre en toute indépendance aux demandes directe des Institutions.

Enfin, et au risque de se répéter l'évolution culturelle de la population doit permettre, surtout à Monaco, une consultation plus directe de la population sur certains choix de sociétés, tels ceux relatifs à l'environnement, l'aménagement du territoire, les conditions légales de naturalisation, le commerce...

Osons franchir le pas vers l'autre de la société-modèle voulue par notre Souverain, car nous la voulons.
skippy
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar JMR » 31 Octobre 2012, 14:40

Le Conseil National a été exemplaire, que lorsque sous l'impulsion de Joseph Simon, il a souhaité s'émanciper et se défaire de l'emprise du sytème. Malheursement, cela n'a que très peu duré...

Pour honorer la mémoire de cet homme, épris de Démocratie (navré pour vous Daniel...) et pétri de courage, je crois qu'on ne peut que s'indigner aujourd'hui, devant un tel degré renoncement et de masochisme, de la part d'élus contraints de faire bloc pour voler au secours d'un régime plongé dans le formole.

Le constat est donc simple : Que voulons-nous ? Un parlement profondément sous influence, servant d'alibi démocratique? Ou bien , un parlement représentatif et entreprenant, qui considère avant tout les Monégasques comme souverains ?
JMR
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar skippy » 31 Octobre 2012, 17:50

Je rejoins JMR.
La pétition des membres du Conseil national est bien l'aveu en fait de son degré de soumission, et elle confortera l'analyse de Madame Brasseur.
Encore une fois, j'invite à décortiquer avec plus de précision le vrai rôle du fonctionnaire-souverain dans la vie des institutions monégasques.
Quelqu'un pour donner son avis ?
skippy
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar Invité » 07 Novembre 2012, 13:28

Personne pour répondre, comme d'hab. tous oqpés avec Monaco Telecom...

skippy a écrit:Je rejoins JMR.
La pétition des membres du Conseil national est bien l'aveu en fait de son degré de soumission, et elle confortera l'analyse de Madame Brasseur.
Encore une fois, j'invite à décortiquer avec plus de précision le vrai rôle du fonctionnaire-souverain dans la vie des institutions monégasques.
Quelqu'un pour donner son avis ?
Invité
 

Re: 29 octobre - Oui à la Monarchie Constitutionnelle...

Messagepar Barbajuan » 16 Novembre 2012, 22:51

Communiqué en ligne sur le site du Gouvernement :

Communiqué du Gouvernement Princier suite aux déclarations de Mme A. Brasseur dans l’édition de Monaco-Matin du 16 novembre 2012

Le Gouvernement Princier vient de prendre connaissance des déclarations de Mme Anne Brasseur, députée luxembourgeoise, membre de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe et présidente de la Commission de post suivi, parues dans l’édition de Monaco-Matin de ce jour. Il confirme qu’il n’a jamais été averti d’une quelconque manière que ce soit préalablement par Mme Anne BRASSEUR de la saisine de la Commission de Venise.

Le Gouvernement tient une nouvelle fois à faire part de sa totale désapprobation face une démarche engagée devant une Institution au demeurant estimable et composée de juristes de qualité, la Commission de Venise, afin d’examiner la compatibilité de la Constitution de la Principauté de Monaco par rapport aux standards du Conseil de l’Europe s’agissant en particulier des pouvoirs conférés au Conseil National.

Le changement institutionnel intervenu en 2002 était connu et accepté au moment de l’adhésion de Monaco au Conseil de l’Europe. Le Gouvernement insiste sur le fait que la Principauté a été admise au Conseil de l’Europe en 2004 sur cette base institutionnelle laquelle n’a pas été remise en cause depuis, y compris lors de la procédure de suivi de l’Assemblée parlementaire, à ce jour close.

La saisine de la Commission de Venise, au demeurant condamnée par l’ensemble des élus du Conseil National, toute tendance confondue, et par la population des Monégasques et des résidents constitue un procédé détourné destiné à faire évoluer les Institutions qui sont le garant de l’indépendance, de la pérennité et de la souveraineté de Monaco. Le Gouvernement relève à ce propos que l’exemple du Luxembourg n’est pas transposable car c’est le Grand Duché qui, loin de se voir imposer de manière unilatérale l’audit de la Commission de Venise, a volontairement sollicité son expertise au moment où il envisageait une réforme constitutionnelle, ce qui n’est pas le cas à Monaco.

Si d’importantes avancées dans de nombreux domaines ont pu être réalisées comme le souligne Mme Anne Brasseur depuis l’adhésion de Monaco au Conseil de l’Europe, la référence au règlement intérieur du Conseil National ou à la ratification des protocoles 1 et 12 est inadaptée et sans lien avec le sujet.

Il ne saurait être question pour les Autorités Monégasques de se voir imposer des solutions qui pourraient conduire à remettre en cause l’équilibre constitutionnel. Le Gouvernement Princier recevra, le moment venu, selon les règles d’accueil et de courtoisie qui sont une constante à Monaco les représentants de ladite Commission mais rejette a priori tout avis qui pourrait conduire vers des évolutions qui sont contraires aux intérêts supérieurs du Pays, à la volonté du Gouvernement du Prince et à celle des élus du Conseil National.


Qui sont-ils pour se mêler de nos institutions ?
Barbajuan
 
Messages: 78
Inscrit le: 03 Septembre 2012, 09:16


Retour vers Éditos 2012

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron