Que se passe t-il au CHPG ???

Ce qui se passe à Monaco et ailleurs...

Modérateur: Daniel

Que se passe t-il au CHPG ???

Messagepar Invité » 14 Septembre 2016, 21:15

Rien que cette année 2016 :
- revendication grilles salaires bloquées depuis 3 ans ;
- Grève et retenue sur salaire des agents ayant défilé ;
- Piratage de données du personnel ;
- Tensions et hostilités très élevées chez des docteurs ;

J'en oublie très certainement.

La politique de recrutement est assez bizarre. Les nouveaux arrivés semblent être plus privilégiés que les anciens dont certains sont bridés, alors que leurs compétences ne sont pas remises en question.
Copinage, il se dit que l'on privilégie davantage les grades plutôt que les compétences.

Déclaration à la presse du Ministre d'Etat.
Il serait temps de remettre de l'ordre dans cette pagaille.

Non ?
Invité
 

Re: Que se passe t-il au CHPG ???

Messagepar Invité » 15 Septembre 2016, 22:22

« Le personnel en a assez ! »

Problème de transport et de stationnement, abus dans les horaires de travail, multiplication de contrats précaires, non-respect des grilles de salaires, atteintes au droit syndical… Selon le syndicat des agents hospitaliers (SAH) affilié à l’Union des syndicats de Monaco (USM), les conditions du travail au Centre hospitalier princesse Grace (CHPG) se dégradent. Françoise Sgro, Olivier Ciquet et Françoise Pugliese, secrétaires général et adjoints du SAH, dénoncent une mauvaise « politique managériale » au sein de cet établissement de santé. Interview.


Lors de l’action interprofessionnelle organisée le 16 juin par l’Union des syndicats de Monaco (USM), vous estimez que 300 salariés du Centre hospitalier princesse Grace (CHPG) ont défilé : pourquoi être descendus dans la rue ?

Le syndicat des agents hospitaliers (SAH) a répondu à cet appel à la grève pour dénoncer les nombreux problèmes que rencontre le personnel hospitalier. Que ce soit au niveau des grilles de salaires, des horaires de travail, des plannings, ou encore des conditions de stationnement et de transport. Des cas de harcèlement nous ont également été signalés et des pagailles dans l’application des règles de travail existent. Sans parler des problèmes récurrents de remplacement du personnel absent. Le personnel en a assez d’une gestion peu respectueuse des employés de l’hôpital. Des secteurs entiers connaissent des absences importantes pour maladies ou pour accidents de travail… Cela révèle un problème global et inquiétant sur la politique managériale de l’établissement et des conditions de travail.

Quel est le problème avec les grilles de salaire ?

La direction de l’établissement, avec l’accord du département des affaires sociales et de la santé, a décidé de s’affranchir d’un arrêté ministériel monégasque qui oblige l’hôpital à appliquer les grilles indiciaires françaises de la région voisine. Il en découle que depuis 2010, ces grilles qui permettent de calculer les salaires de base ne bougent plus. La tutelle estime qu’en France le point d’indice étant gelé, alors qu’au CHPG il suit plus ou moins l’évolution de l’inflation, il n’y a pas de nécessité d’appliquer une obligation légale de l’établissement.

Vous êtes donc en désaccord avec cette pratique ?

Nous ne sommes bien évidemment pas d’accord. Dans un pays très prospère et en forte croissance, rien ne justifie de léser financièrement les salariés de l’hôpital en prenant exemple sur la France pour se dispenser de ses obligations légales. On remarquera par ailleurs que l’hôpital, malgré des missions de service public dont certaines sont légitimement déficitaires — c’est alors à l’Etat de compenser —, en est à son huitième exercice bénéficiaire.

Qu’est-ce que ce huitième exercice bénéficiaire révèle ?

Dans ce cadre… c’est anormal. Cela révèle plusieurs choses : les économies faites sur les salaires du personnel et sur le nombre d’employés, la productivité importante des salariés de l’hôpital et une atteinte aux conditions de travail. En toute légitimité, nous demandons donc depuis 2010 que l’établissement remplisse ses obligations légales, avec un effet rétroactif depuis cette date.

Quelle a été la réponse du gouvernement ?

A la suite de nos protestations, Stéphane Valeri, ministre-conseiller aux affaires sociales et à la santé, nous avait promis une négociation portant sur une amélioration des dispositifs sur nos grilles de salaires. Nous avions accepté de discuter de cela dans ce cadre. Hélas, ce ne fut pas du tout l’orientation prise dans les discussions. Et trois ans après ces promesses, le personnel ne voit toujours rien venir. Pire, on entrevoit un recul prévu sur les dispositions à prendre par rapport à l’accomplissement des obligations légales découlant de l’arrêté ministériel fixant nos grilles de salaires.

Vous demandez aussi à ce que les retraités de l’hôpital qui résident hors de Monaco restent affiliés aux caisses monégasques ?

Absolument. Les caisses sociales monégasques se débarrassent des salariés de l’hôpital qui ont cotisé toute leur carrière quand ces derniers partent à la retraite. Ayant cotisé toute leur vie, ils se retrouvent affiliés à la sécurité sociale française dans des conditions bien moins avantageuses qu’à Monaco. Nous réclamons le maintien du niveau de protection sociale au moment du départ à la retraite, soit le maintien à la Caisse de compensation des services sociaux (CCSS), soit une compensation à la hauteur du niveau du remboursement par la CHPG.

L’USM dénonce la multiplication des CDD dans de nombreux secteurs : ce phénomène concerne aussi l’hôpital ?

Alors que chaque emploi est censé être budgétisé de façon pérenne, l’abus de l’utilisation de contrats à durée déterminée (CDD) est une source de précarité inquiétante pour les personnels hospitaliers. Rappelons que le statut du personnel de l’hôpital de Monaco prévoit que tout agent soit embauché comme stagiaire pendant 6 mois, renouvelable une fois maximum — un dispositif ignoré par la direction — suivie d’une titularisation. Pourtant, de nombreux collègues sont en contrats précaires (CDD) depuis plus de deux ans.

Que réclamez-vous ?

Nous réclamons le respect de notre statut et que le recrutement se fasse en tant que stagiaire, avec le respect de cette durée de 6 mois, maximum 1 an. L’utilisation de CDD à l’hôpital devrait être exceptionnelle et en aucun cas à répétition. Des personnes se trouvant dans ces situations sont en difficulté pour se loger et construire un projet de vie. Certains sont même parfois licenciés après 3 ou 4 ans au motif qu’ils ne font pas l’affaire…

Vous dénoncez aussi les problèmes de transport et de stationnement des salariés du CHPG ?

En matière de transports, les employés de l’hôpital viennent en effet de plus en plus loin de Monaco. Le recrutement se fait très couramment au-delà de Nice, voire dans l’arrière pays. C’est un gros problème en soi que la direction ne peut ignorer.

Mais le gouvernement a proposé des parkings à proximité, ainsi qu’un système de navettes !

Ce qui a été fait par la direction, c’est-à-dire de déplacer un maximum d’employés des parkings de l’hôpital pour les mettre dans des parkings à la ZAC St-Antoine, alourdit les temps de transport de 15 minutes à l’aller et de 15 minutes au retour. Ceci alors que les salariés ont déjà 1 à 2 heures de transport dans les pattes… De plus la « prime parking » a été supprimée pour les nouveaux abonnés. La brutalité de ces mesures a profondément choqué le personnel et a une répercussion non négligeable sur la santé des employés. La blessure n’est pas refermée.

Comment résoudre ce problème ?

Ce problème s’inscrit dans un sujet beaucoup plus global qui est celui de l’accès à Monaco et du logement dans sa proximité. Ce problème touche les travailleurs, mais aussi les patients du CHPG. Voilà pourquoi nous souhaiterions que des places de parking gratuites et en nombre suffisant, soient mises à la disposition du personnel dans le périmètre de l’hôpital.

Ça vous semble vraiment possible ?

Dans la plupart des établissements français, c’est le cas. Nous demandons aussi que soit étudiée la possibilité de mise en place de bus de ramassage gratuits pour le personnel étendus aux communes environnantes. En relation avec cette problématique de la question des transports fatigants, longs, et parfois coûteux, nous déplorons l’absence de logements décents et à prix abordables à Monaco et dans les communes limitrophes.

Que proposez-vous ?

Libre part a été accordée à la spéculation immobilière sans limite, sans préserver les possibilités de loger les travailleurs de façon décente. Nous sommes donc pour la construction de milliers de logements sociaux confortables et à prix réellement sociaux, à l’échelle du nombre de travailleurs sur la Principauté, sur les communes limitrophes.

Vous demandez également « le respect des horaires de travail » : il y a des abus ?

Nous voulons en effet en finir avec les horaires de travail “coupés”. La direction avait promis de programmer uniquement des horaires continus. Or, il existe encore des horaires “coupés”, ce qui pose de gros problèmes. Il y a aussi des changements d’horaires trop fréquents où les salariés sont appelés alors qu’ils sont chez eux, car il manque du personnel de façon récurrente. Le temps de repos doit être de 11 heures minimum entre deux services.

Mais c’est déjà le cas ?

C’est prévu, mais ce n’est pas toujours appliqué dans un maquis d’horaires complexes. Il en existe plus d’une centaine… Par ailleurs, pour pallier l’absentéisme, on oblige certains agents non volontaires à travailler la nuit, alors qu’ils ont toujours travaillé le jour. Et ce, quels que soient leur impératifs familiaux.

Quelles en sont les conséquences ?

Le décompte annuel en heures du temps de travail pose une série de problèmes avec la législation monégasque. Cela aboutit à ce que l’on réclame illégalement à certains d’effectuer des heures de travail supplémentaires quand ils ont été absents deux ou trois jours, en maladie, ou même pour accident de travail. A contrario, les journées de congés annuels qui ne sont pas prises au-delà d’une certaine date sont supprimées en toute illégalité, en contradiction également de la jurisprudence des tribunaux français. Il y a là une réelle incohérence de fond sur le droit du travail.

Vous vous inquiétez également du cas des femmes enceintes ?

Dans certaines circonstances, certains personnels ont en effet droit à des aménagements, soit d’horaires, soit du travail. Nous réclamons un respect strict, systématique et non discutable des dispositions légales concernant les femmes enceintes.

Quelles sont ces dispositions ?

La réduction d’une heure par jour des heures de travail, un aménagement concerté de leurs tâches de travail, le respect des heures dites « d’allaitement », ainsi que des places en crèche suffisantes et exclusivement réservées au personnel du CHPG.

Vous réclamez aussi le respect des « temps de transmission » : de quoi s’agit-il ?

Le temps de transmission permet aux agents qui vont quitter leur poste, de transmettre toutes les informations utiles concernant les patients à ceux qui arrivent. Cette transmission est indispensable à la bonne prise en charge des patients. Or, certaines organisations, comme celles en 12 heures, ne permettent pas ce temps dévolu aux transmissions. Elles se font donc en heures supplémentaires, sans compensation, sur la seule motivation et conscience professionnelle des professionnels.

Vous dîtes vouloir en finir avec les « horaires mixés » ?

Les horaires mixés sont en effet fatigants et usants. Des personnes sont en alternance jour/nuit. D’autres font ce que l’on appelle des 8-10-12h : c’est-à-dire un jour 8h, le jour suivant 10h et le jour d’après 12h. Nous sommes pour la fin de ces types d’horaires reconnus par des études sérieuses et validées comme nuisibles à la santé. Ce qui est paradoxal dans un établissement chargé de veiller sur la santé de toute de la population de la Principauté de Monaco et des communes environnantes.

Vous dénoncez des atteintes au droit syndical ?

Effectivement. Pour preuve, l’ensemble des agents qui se sont portés grévistes lors de notre dernière action de grève du 16 juin se sont vus retirer de leur salaire une somme d’argent, qu’ils soient en repos, en congés annuels ou exceptionnels ou en maladie. Cette pratique illégale n’est pas acceptable. S’agirait-il d’une erreur ? Est-elle intentionnelle ou pas ? Nous regrettons le manque d’attention et de sérieux dans la gestion de cet événement.

Les responsables syndicaux ne sont donc pas suffisamment protégés ?

Nous dénonçons depuis longtemps, sans être entendus, les attaques que subissent régulièrement les personnes qui défendent les intérêts des travailleurs, représentants syndicaux ou encore délégués représentants du personnel élus dans les instances. Ces professionnels, qui ont par ailleurs une activité professionnelle propre à leur métier, n’ont pas à pâtir dans le déroulement de leur carrière de leur engagement au service des autres. Ils sont normalement protégés par la constitution de l’Etat monégasque. Mais en réalité ils ne bénéficient d’aucune protection, voire même l’inverse. Enfin, notre syndicat se trouve confronté au non-respect de la direction de l’accord sur la gestion et l’organisation des heures syndicales.

C’est-à-dire ?

Régulièrement, des heures de délégations sont supprimées sans motivation acceptable. Ce qui désorganise et empêche le travail des défenseurs des droits des salariés. C’est inacceptable !
Invité
 

Re: Que se passe t-il au CHPG ???

Messagepar copains d'ailleurs » 11 Janvier 2017, 23:50

Une question revient souvent au sein du CHPG, quand ? mais quand ?

S.O.S. URGENT !!!

Copinage, favoritisme anti-nationaux, passe-droits, il n'y a pas qu'à Fontvieille que le Festival du Cirque est présent.
Quand les actions vont elles débuter ??? comment un établissement de cette ampleur peut continuer à être dirigé dans de pareilles conditions ?
Il n'y a jamais eu autant de plaintes depuis de nombreuses décennies.
copains d'ailleurs
 

Re: Que se passe t-il au CHPG ???

Messagepar Franc Mac » 07 Février 2017, 00:16

Ah les recrutements judicieux de personnes intègres à des postes clefs !
Franc Mac
 

Re: Que se passe t-il au CHPG ???

Messagepar copains d'ailleurs » 19 Mars 2017, 21:10

Lorsque l'on voit qu'ils vont dégager un renommé Chef de Service monégasque en mai 2017, non pour son incompétence, au contraire.....

C'est no limit au CHPG
copains d'ailleurs
 


Retour vers News

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 2 invités

cron